Historique de l’Union Musicale

Historique de l’Union Musicale

1880 – 1891 : La Fanfare Municipale

La Fanfare Municipale a vu le jour le 29 août 1880 par délibération du Conseil Municipal. La direction sera confiée à Monsieur Bezia, ancien chef d’une fanfare militaire.
Le 28 octobre 1881, la commune procède à l’achat d’instruments pour les musiciens de la Fanfare mais il sera décidé qu’à l’avenir les instruments seront « autant que possible payés par les membres de la Fanfare au moyen de cotisations mensuelles ».
C’est en 1887 que sera achetée la première de nos bannières qui nous suivra dans tous nos déplacements.

Durant les étés 1887 et 1888, la Fanfare Municipale participe aux concours de Limoges et de Bujaleuf.
Déjà à cette époque la Fanfare Municipale a un pied dans le milieu éducatif local. En effet, Monsieur Bezia sera désigné en avril 1890 par le Conseil Municipal pour donner des cours de chant à l’école primaire supérieure à raison de 2 heures par semaine.

Malheureusement, la Fanfare périclite en 1891. Le Conseil Municipal chargera par délibération une commission afin de rechercher les causes de ce déclin et de tâcher d’y remédier.

1899 – 1920 : Le retour de la Fanfare Municipale

Le 13 et 14 août 1899, le Conseil Municipal de la ville de Saint-Léonard-de-Noblat organise dans la ville un concours musical où sont invitées toutes les sociétés d’harmonie et les fanfares de la région. C’est sans nul doute grâce à cette initiative qu’en décembre 1899, plusieurs musiciens solliciteront le maire afin de refonder la Fanfare.

En janvier 1990 sera établi au sein de la Fanfare Musicale de la ville de Saint-Léonard-de-Noblat, le premier règlement intérieur, précisant dans son article 23 qu’ « il est fait interdiction aux membres de la Fanfare de participer à toute manifestation ou discussions politiques et religieuses ». Autant dire que ça ne rigolait pas à l’époque !

Entre 1901 et 1912, la Fanfare Municipale participera à de nombreux concours dans toute la France (Tulle, La Rochelle, Toulon, Toulouse entre autres).

L'Union Musicale en 1913

La Première Guerre Mondiale (1914-1918) mit en danger l’existence de la Fanfare qui dût à nouveau cesser ses activités. En 1920, l’ensemble pris la forme d’une clique ans grande unité.
PHOTO VISITE RAYMOND POINCARE

1922 – 1927 : Les premières années de l’Union Musicale

En mars 1922 sera fondée une nouvelle Société sous la présidence de Monsieur Frédéric Bastin et sous la direction de Monsieur Paul Ravaille. Le 6 septembre 1922, elle recevra le nom d’Union Musicale de Saint Léonard de Noblat. De nouveaux statuts seront élaborés pour l’occasion (toujours à l’ordre du jour).

Jusqu’en 1927, l’Union Musicale changera à plusieurs reprises de directeur musical et participera à plusieurs concours d’harmonies dont ceux de Toulouse et Chatellaillon-Plage.

1927 – 1963 : L’U.M. sous la direction de Gabriel Bazin

C’est le premier décembre 1927 que que Gabriel Bazin reprit la direction de l’Union Musicale de St Léonard de Noblat. Durant ces 36 années, la vie de l’Union Musicale sera faite exclusivement de concerts et de concours (Limoges, Toulouse, Bellac, Rochechouart, St Yrieix-la-Perche, etc).

Le premier janvier 1931, Franck Seidenbender reprendra la présidence de l’Union Musicale et sera remplacé, 15 ans plus tard, par Henri Fargeas.

En 1960, l’Union Musicale de Saint Léonard de Noblat fera appel à une entente avec les sociétés du Palais-sur-Vienne et de St Priest Taurion afin d’éviter une chute fatale à l’U.M.

1964 – 1978 : L’U.M. sous la direction de Jacques Ruaud

C’est le premier octobre 1964 suite au départ de Gabriel Bazin que Jacques Ruaud repris la direction musicale de l’Union Musicale de Saint Léonard de Noblat. Ce personnage a marqué le milieu musical de la Haute-Vienne. On nous en parle encore !!

En 1969, la ville de St Léonard ainsi que l’Union Musicale fêteront le 30ème anniversaire de la venue forcée des habitants de Drusenheim en Alsace à St Léonard. Pour l’occasion sera organisé un festival de musique regroupant 500 exécutants.

Le 28 février 1970, Monsieur André Beyrout repris la présidence de l’Union Musicale, organisant la même année un voyage à Drusenheim afin de célébrer les 1ères Journées de l’Amitié et du Souvenir. L’Union Musicale y retournera six ans plus tard en 1976.
Un voyage sera organisé durant l’été 1972 à Barcelone en Espagne.

L’Union Musicale participera au mois de juillet 1973 au tournage du film « Le pain noir » réalisé par Serge Moati.

On peut noter la décoration de monsieur Louis Bouty en 1978 qui recevra la médaille d’or de la musique pour 45 années de présence au sein de l’Union Musicale.

1979 – 1986 : L’U.M. sous la direction de Jean Claude Gabaud

Le premier janvier 1979, Jean Claude Gabaud repris la direction musicale de l’U.M. à la suite de Jacques Ruaud.

En 1980, la ville de St Léonard et l’Union Musicale reçurent les habitants et musiciens de Drusenheim pour les Journées de l’Amitié et du Souvenir. S’en suivi un voyage à Padirac et à Rocamadour pour les musiciens de St Léonard.

Le 5 janvier 1980, Claude Ducher repris la présidence de l’Union Musicale qui fêtera ses 60 ans deux ans plus tard. Tout St Leonard reparti vers Drusenheim le 5 mai 1984.

1987 – 2001 : L’U.M. sous la direction de Michel Ducher

C’est donc Michel Ducher qui repris la baguette de directeur musical de l’Union Musicale le 9 janvier 1987, succédant ainsi à Jean Claude Gabaud. Il honorera, ainsi que l’ensemble des musiciens, Jean Patelout pour 50 années de présence musicale à l’Union Musicale.

2001 – 2015 : L’U.M. sous la direction de Pierre Soury

C’est en septembre 2001 que Pierre Soury, jeune musicien prometteur de 20 ans, repris la direction musicale de l’Union Musicale de St Léonard-de-Noblat.
Le 21 décembre 2001, l’Union Musicale proposera le premier concert de Noël regroupant l’U.M., l’harmonie d’Ambazac et la chorale « Le Tourdion ».
Le 12 janvier 2002, Cécile Vedrenne, jeune musicienne de 24 ans, sera élue présidente de l’Union Musicale (première femme élue à ce poste) ; poste qu’elle occupera durant cinq années. Jusqu’en 2004, la vie de l’Union Musicale sera essentiellement faite de concerts (concerts d’été, concerts de Sainte Cécile, concerts de Noël et de sorties lors d’animations de fêtes artisanales locales ou nationales).
Les membres de l’U.M. participeront à un voyage à Sisteron (Alpes-de-haute-provence) où ils retrouveront avec grand plaisir leur ancien chef, Michel Ducher.
Du 20 au 24 avril 2004, l’Union Musicale assisté par la ville de St Léonard organisera pour la première fois le stage annuel d’harmonie de l’Union des Sociétés Musicales de Haute-Vienne.
Le 13 décembre 2004 sera présenté aux élèves des écoles de St Léonard le projet de la fête des 125 ans de présence musicale dans la ville de St Léonard.
Au milieu de l’année 2004 sera organisé, durant une semaine, plusieurs manifestations dont une exposition permanente sur l’histoire de l’Union Musicale et un concert oragnisé avec les musiciens de l’U.M. et plus d’une centaine d’élèves de la ville au chant. Ce concert remportera un très fort succès au sein de le population miaulétouse.
En janvier 2007, la présidence de l’Union Musicale passera au mains de Catherine Giuge. Entre le 17 et le 20 mai 2007, l’Union Musicale fera partie du voyage vers Drusenheim (Alsace) pour fêter les 10èmes journées de l’Amitié et du Souvenir entre nos deux cités, réservant à nos musiciens un programme chargé entre musique, visite et détente au pays de la choucroute. Quatre jours qui auront permis aux anciens musiciens de retrouver de vieux camarades et aux plus jeunes de créer de réels liens d’amitié entre les deux sociétés.
La fin de l’année 2007 sera faite de divers concerts, dont le tout nouveau festival de musique d’harmonie « Notes de rue » organisé dans les rues de Limoges et regroupant de nombreuses sociétés musicales issues du département.
En février 2008, sera organisée au sein de la Société une soirée de remise de médailles honorant les musiciens présents dans la Société depuis plus de 5 années. Durant cette soirée, Mme le Maire a honoré le musicien le plus ancien de la Société, André Lachalarde, pour plus de 60 ans de pratique musicale du haut de ses 80 ans.
En mars 2008, à l’occasion d’une assemblée générale extraordinaire, Catherine Giuge passera le flambeau de la présidence de la Société à Fabien Bechameil.

Depuis 2015 : L’U.M. sous la direction de Adrien Giuge